L’an prochain, à cette heure : où voulez-vous être ?

Si vous êtes confrontés avec le même problème, année après année… S’il semble que vous n’avancez pas beaucoup et que vous n’arrivez pas à le surmonter, vous avez besoin d’établir un plan pour combattre la peur…

Quand j’étais petite fille, je partais en vacances avec ma famille chaque été. À la fin de nos vacances, avant que nous ne partions pour l’aéroport, j’allais sur la jetée et je contemplais l’océan en pensant « Je me demande à quoi ressemblera ma vie l’année prochaine, à la même heure ». Évidemment, beaucoup de choses changeaient au cours de l’année suivante. Parfois, il semblait que rien de bien important ne s’était passé ; d’autres années, je vivais des évènements très importants.

Je sais que j’enseigne avec ardeur qu’il faut laisser son passé derrière soi et de fixer ses yeux vers l’avenir, sur sa vision ; mais pour un instant, je voudrais que vous reveniez sur l’année passée et que vous vous rappeliez si, maintenant, vous êtes aux prises avec les mêmes problèmes qu’alors. Est-ce que cette année a connu beaucoup de changements ? Par exemple, que diriez-vous de votre poids ? Êtes-vous toujours en train de vous battre avec les mêmes 25kg que vous vouliez déjà perdre l’année dernière ? Et qu’en est-il de votre compte épargne ? Son montant a-t-il augmenté ? Ou n’a-t-il pas bougé ? Votre mariage a-t-il évolué durant l’année ? Ou êtes-vous encore en train de vous débattre avec les mêmes problèmes que l’année dernière ? Qu’en est-il de votre relation personnelle avec le Seigneur ? A-t-elle grandi ou est-elle la même ?

Depuis quelques années, je me suis aperçue que j’étais confrontée aux mêmes défis et aux mêmes luttes année après année après année. Bien que certains changements se produisent dans d’autres domaines de ma vie, je ne comprenais pas pourquoi ces problèmes ne changeaient pas. Un jour, j’ai ouvert mon journal et j’ai commencé à le relire pour voir ce que le Seigneur m’avait dit dans les moments de silence que je passais avec Lui. Et, Ses paroles pour moi n’avaient pas changé ! Les mots utilisés étaient légèrement différents mais la directive était la même. Puis, j’ai lu cette déclaration qui explique tout :

« Dieu ne te donnera pas de nouvelle directive tant que tu persisteras dans ta dernière désobéissance ».

Wow ! Avais-je omis de faire quelque chose que Dieu m’avait dit de faire et était-ce pour cette raison que je tournais toujours « autour de la même montagne » année après année après année ? Ou peut-être n’avais-je pas fait complètement ce que Dieu m’avait demandé de faire ? Penchez-vous sur l’histoire de Jonas dans la Bible. Dieu lui a clairement dit d’aller à la ville de Ninive et Jonas est parti à la direction exactement opposée (désobéissance). Qu’est-il arrivé ? Il a été submergé par les problèmes ! Il n’avait pas de vision, pas d’espoir. Il était piégé par ses circonstances, misérable, déprimé pour ne dire que cela… Quand finalement il a crié à Dieu, le poisson l’a vomi. Dieu lui a dit : « Jonas, va à Ninive ! » Autrement dit, la direction divine n’a jamais changé. Jonas n’a fait que perdre du temps avec tout ce qui s’est passé. En d’autres termes… Les directives de Dieu ne sont pas allées au-delà de son dernier acte de désobéissance.

Nous voulons tous respecter la volonté parfaite de Dieu. Nous Lui demandons de nous parler et de nous conduire dans Sa volonté pour nos vies. Pourtant, il arrive souvent que ce qu’Il nous demande de faire et ce que nous voulons faire ne concordent pas. En réalité, au fond de nous, nous savons ce que Dieu dit. Je crois que nous doutons de notre capacité à entendre Dieu parce que cela nous blesse trop. Aussi ne le considérons-nous pas sérieusement ou nous contentons-nous de ne faire qu’une partie de ce que Dieu nous a dit de faire. Rappelez-vous ceci : une obéissance partielle, c’est de la désobéissance ! Et la désobéissance nous enferme dans notre situation, ce qui engendre la confusion, le tourment, la stagnation, la misère, etc.

La raison pour laquelle je le sais si bien est que j’ai crié à Dieu (comme Jonas) et Ses directives n’ont jamais changé. Ce que Dieu voulait que je fasse n’était pas ce que je voulais faire. Cela me piégeait dans mes circonstances.

Cela fait-il mal d’obéir ? Un grand OUI ! Mais la douleur s’en va. J’ai pris l’habitude de me dire : « Un jour, cela ne fera plus mal ». Je peux vous dire, compte tenu de mon expérience, que les résultats de la désobéissance à Dieu ne s’éloigneront jamais. C’est une misère qui vous ronge de l’intérieur car vous savez ce qu’il faut faire mais vous ne le faites pas.

Si vous luttez dans certains domaines de votre vie avec les mêmes choses année après année et qu’il semble que vous n’allez pas bien loin et que vous ne les surmontez pas, vous devez voir si vous avez fait (intégralement fait) la dernière chose que vous savez que Dieu vous a dit de faire. Si vous savez que vous ne l’avez pas fait, prenez la décision de passer à travers la douleur en faisant trois choses :

  1. Isolez-vous avec Dieu

Parlez Lui de tout : la douleur, les blessures, les peurs, comment vous vous sentez. Exprimez-les ouvertement devant Dieu. Il sait à travers quoi vous passez et comment vous vous sentez aussi parlez-Lui en. Sentez-vous libre d’avoir un dialogue avec Lui car Il vous aime. Reconnaissez que vous dépendez totalement de Lui pour recevoir l’aide qui vous permettra de faire tout ce qu’Il vous demande.

  1. Écoutez la Parole

Commandez de nouveaux CDs de vos prédicateurs préférés et fixez-vous pour objectif d’écouter la Parole à un moment déterminé chaque jour. Si vous voulez que vos désirs changent, vous devez changer l’objet de votre attention. Focalisez votre attention sur la Parole plutôt que sur ce que vous ressentez. Laissez la parole vous changer de l’intérieur vers l’extérieur.

  1. Proclamez la Parole

Votre arme la plus puissante est votre bouche. Commencez à confesser que vous êtes « consentant et obéissant » aux directives de Dieu. Dites : « Seigneur, conforme ma volonté à la Tienne ». Et choisissez d’obéir. Comme mon Papa avait l’habitude de me dire quand il me corrigeait quand j’étais enfant « Terri Lynn, obéit rapidement et silencieusement ! »

En d’autres termes, n’essayez pas de raisonner Dieu. Ne justifiez pas votre manque de coopération. Faites-le tout simplement. Rappelez-vous que Dieu récompense toujours l’obéissance et l’année prochaine, à la même heure… vous ne serez pas là où vous êtes aujourd’hui.

Leave a Reply

*

captcha *